Accueil
  
Fiche espèce n°1196 créée par Philippe BOURJON      Moteur de recherche du site Recherche avancée
Nom holothurie verruqueuse
ou holothurie de Selenka
Nom anglais Selenka's sea cucumber, warty sea cucumber
N.s. Stichopus horrens
décrit par SelenkaEmil Selenka : 1842-1902, zoologiste allemand1867
Groupe Echinodermes
Sous-groupe Holothuries
Forme Concombre de mer
Concombre de mer
Taille adulte max. 40cm
Profondeur 1 - 20m
Description visuelle de l'espèce Description
Le corps est épais et ferme, à section carrée, assez court quand il est rétracté. Sa couleur est grisâtre à jaunâtre avec des taches brunes à noires inégalement réparties. Il présente des papilles verruqueuses de large diamètre, rétractées ou en pointe selon la situation. Les verrues sont plus grosses près de la bouche. La bouche est ventrale et équipée de dix-huit petits tentacules, l'anus est terminal. Le corps est armé de spiculesspicule : partie en calcaire, silice ou chitine, en forme d'aiguille inférieure à 0,1mm, constituant le squelette des éponges, tuniciers, certains octocoraliaires et échinodermes. de forme différente selon leur localisation.
Stichopus horrens - holothurie verruqueuse
Informations sur la photo  n°1820   Secteur océan Indien   Pays île de la Réunion - France
Région arrondissement de Saint-Paul   Lieu L'Ermitage les Bains
Site Lagon de l'Ermitage les Bains   Profondeur 1 m
Auteur Philippe BOURJON   Date 16 juin 2009
Commentaires & équipement photo
G10
Couleurs Couleurs
gris
jaune
marron
noir

Généralités n°95 Généralités
Les holothuriesholothurie : échinoderme à corps mou et allongé comprenant les concombres de mer vivent sur des fonds divers : sable, vase, éboulis, fonds durs ou herbiers. Elles se déplacent en rampant sur le substrat par contraction de leur corps et à l'aide des pieds ambulacrairesambulacraire : les pieds ambulacraires ou podia des échinodermes sont rétractiles et munis de ventouses pour leur déplacement. Détritivoresdétritivore : qui se nourrit de débris d’animaux ou de végétaux, elles prélèvent les particules organiquesorganique : Qui provient de tissus vivants, par opposition à chimique. du sédiment ingéré qu'elles rejettent en formant de longs chapelets de sable nettoyé, facilement repérables par les plongeurs. A l'une des extrémités de leur corps se trouve la bouche entourée de tentacules rétractiles destinés à saisir le sable et à identifier le lieu. L’orifice anal ou cloacalcloaque ou cloacal(e) : cavité ou orifice commun aux voies intestinales, urinaires et génitales se situe à l’autre extrémité et c'est par celui-ci que certaines espèces d'holothuries holothurie : échinoderme à corps mou et allongé comprenant les concombres de mer rejettent de longs filaments blancs et collants pour se défendre, appelés tubes de Cuvier. Pour se reproduire, les mâles et les femelles se redressent et libèrent leurs gamètesgamète : Cellule reproductrice mâle (spermatozoide) ou femelle (ovule). en pleine eau. Quelques espèces sont aussi capables de se scinder en deux (scissiparitéscissiparité : mode de reproduction asexuée caractérisé par la division de l'organisme en deux parties qui formeront chacune un individu complet.), chaque partie se régénérant en deux mois environ, l’essentiel étant reconstruit entre 7 et 9 semaines. Certaines espèces se ressemblant beaucoup, seule une étude des spiculesspicule : partie en calcaire, silice ou chitine, en forme d'aiguille inférieure à 0,1mm, constituant le squelette des éponges, tuniciers, certains octocoraliaires et échinodermes. permet de les différencier. Pricipalement en Asie, elles sont consommées après un traitement long et complexe avant d’arriver à la bêche de mer ou le trépang, nom du produit final. Ebouillantées pour éliminer les spiculesspicule : partie en calcaire, silice ou chitine, en forme d'aiguille inférieure à 0,1mm, constituant le squelette des éponges, tuniciers, certains octocoraliaires et échinodermes. du tégumenttégument : tissu organique qui recouvre le corps des animaux comme la peau ou les écailles et l’holothurineholothurine : substance secrètée par les holothuries toxique pour les poissons, elles sont séchées ou fumées avant d'être mangées le plus souvent en soupe.

Particularités Particularités de l'espèce
L'holothurie verruqueuse vit dans les lagons et sur les platiers. Elle n'est active que la nuit et s'abrite le jour sous les roches ou dans les anfractuosités des coraux morts ou du substrat rocheux. Elle ne possède pas de tubes de Cuvier, mais est capable d'éviscération immédiate quand elle est capturée et mise hors de l'eau, ainsi que de régénérer ses viscères ensuite. Ses prédateursprédateur : Animal qui capture des proies vivantes pour s'en nourrir. usuels sont le gastéropodegastéropode : Mollusque rampant sur un large pied ventral, souvent pourvus d'une coquille dorsale. Tonna perdrix et l'homme, qui la pêche notamment pour ses propriétés médicinales.

Répartition dans le monde Répartition de l'espèce Stichopus horrens - holothurie verruqueuse
Océan Indien et Pacifique tropical ouest et centre
repéré en rouge sur la carte à compléter
île de la Réunion, île Maurice, île Rodrigues
carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce carte répartition de l'espèce

















Répartition de l'espèce pour la recherche rapide par zone Zones de répartition pour la recherche par secteur
L'espèce Stichopus horrens - holothurie verruqueuse peut être partiellement présente dans ces zonesIndien Ouest central sud
.
pays Carte avec le relief bathymétrique  pays Carte avec les frontières des nations
Carte de répartition par zone


























Haut de page haut de page
Classification cladistique de l'espèce
La classification cladiste est une méthode de reconstruction phylogénétique classification phylogénétique: classification selon les principes d'évolutions et de parenté des espèces élaborée par l'entomologisteentomologiste: zoologue qui étudie les insectes allemand Willi Hennig 1950.
L'arbre phylogénétique de cette classification est construit selon les innovations biologiques et les ancêtres communs à chaque groupe. Tableau en cours d'élaboration, à compléter. En savoir plus...
Référence: LECOINTRE Guillaume - LE GUYADER Hervé, Classification phylogénétique du vivant, 3ème édition 2006 ISBN 2-7011-4273-3
Clade Innovations biologiques et caractères dérivés propres
Métazoairespluricellulaire, collagène
Eumétazoairescavité digestive unique, système nerveux, cellules musculaires
Bilatérienssymétrie bilatérale
Deutérostomienssystème nerveux dorsal, formation de l'anus avant la bouche
Échinodermes
Genre / EspèceStichopus horrens
Haut de page haut de page
Classification linnéenne de l'espèce
La classification linnéenne, issue du naturaliste suédois Carl von Linné (1758),
est construite selon les caractères multiples des espèces,
actuellement obsolète mais encore très souvent utilisée.
Référence: WoRMS, ITIS et ZipcodeZoo. En savoir plus...
Rang taxinomique Nom latin Nom en français
Règne AnimaliaAnimal
Embranchement EchinodermataEchinodermes
Sous-embranchement Eleutherozoa
Super-classe Cryptosyringida
Classe HolothuroideaHolothuries
Sous-classe Aspidochirotace
Ordre Aspidochirotida
Famille Stichopodidae
Genre / EspèceStichopus horrensholothurie verruqueuse

autres noms scientifiques Autres noms scientifiques non-valides
Stichopus godeffroyi Semper, 1868

liens Liste des sites dont certains sont une référence pour le site Sous les mers.

signaler une erreur Si vous repérez une erreur dans cette fiche, par avance, merci de me transmettre l'information : souslesmers@free.fr

adresse de la page Adresse URL pour réaliser un lien avec cette fiche Stichopus horrens - holothurie verruqueuse
http://fran.cornu.free.fr/affichage/affichage_nom.php?id_espece=1196

Haut de pagehaut de page

Les photographies, vidéos, musiques et textes de ce site sont la propriété de leur auteur.
Toute duplication même partielle est autorisée pour une utilisation non commerciale
avec l'accord préalable de l'auteur et en conservant le nom de l'auteur sur les documents.
Tous droits réservés www.souslesmers.fr © 2006-2017.